Accueil MSH-Alpes


Colloque internationalmercredi - vendredi, 8 - 10 Juin 2011

Les lieux symboliques de la contamination

9H00 - 18H00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Le Centre de recherches sur l’Imaginaire (CRI), le Laboratoire de Recherches Historiques Rhônes-alpes (LARHRA), la MSH-Alpes, l’Université Grenoble II-Pierre Mendès France (UPMF), le Musée Dauphinois ainsi que la Région Rhône-Alpes, Grenoble-Alpes Métropole et la Ville de Grenoble.

La contamination, au sens médical du terme, marque l’entrée d’un élément étranger dans un corps sain. Cette étrangeté désigne l’extériorité et la différence de l’agent contaminant avec le corps infecté. Mais, prise dans une perception plus imaginaire, l’étrangeté semble aussi toucher le processus et le lieu d’origine de l’agent, frappés d’une différence plus symbolique. On peut constater ainsi que par un glissement de plus en plus notable, la contamination se dit souvent en terme d’imputation localisée : un espace socialement et culturellement marqué est rendu responsable de la contamination et assimilée à elle. Dans une litanie qui aurait été chère à Ionesco, la grippe « asiatique » ou « mexicaine » rejoint la vache folle « anglaise ». Déjà la peste se voyait désignée comme « maladie populaire », faussant l’étymologie d’ « épidémie » (« maladie du peuple »), pour stigmatiser les quartiers pauvres. La source de la contamination est ainsi imaginée dans un lieu éloigné et étranger physiquement, socialement et culturellement. Mais cette étrangeté peut toucher la sphère domestique, notamment par le biais de ses animaux (poule, chat), ou notre terre. Ce vertige de l’animal et du lieu familier aliéné, comme nos sols ou notre eau font naître un nouvel espace symbolique, unheimlich, fantastique au sens où Freud l’entendait, à la fois familier et étrange, hésitant entre le possible et l’inacceptable... [Lire la suite]

Diffusion en streaming