Accueil MSH-Alpes


Évènements passés

Autrevendredi - lundi, 17/11/2017 - 21/05/2018

Former l’élite. L’École nationale des cadres de l’État français, Uriage 40-42

EXPOSITION TEMPORAIRE  |  Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, 14 Rue Hébert, Grenoble

Organisé par le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, en partenariat avec la MSH-Alpes, la commune de Saint-Martin-d’Uriage et Peuple et Culture.

Cette exposition retrace l'histoire singulière de l'École nationale des cadres de l'État français installée à Uriage entre 1940 et 1942. Une histoire méconnue mais néanmoins passionnante à découvrir du 17 novembre 2017 au 21 mai 2018.

Le destin singulier de l’École nationale des cadres de l’État français installée à Uriage, soulève aujourd’hui encore interrogations et controverses. Comment une école destinée à forger les élites du régime de Vichy est-elle devenue un lieu de liberté intellectuelle et de réflexions autonomes ? Pourquoi certains de ses membres se sont-ils progressivement détournés du pouvoir en place pour finalement rejoindre la Résistance ?
Pour répondre à ces questions, l’exposition retrace son histoire : sa création, la philosophie développée, humaniste et antitotalitaire, l’organisation de l’enseignement à la pédagogie novatrice, et sa progressive opposition au maréchal Pétain jusqu’à l’entrée des « Uriagistes » dans la clandestinité. Elle se conclut sur « l’esprit d’Uriage » qui perdure dans la France de l’après-guerre avec Peuple et Culture, le journal Le Monde et la revue Esprit fondés par d’anciens instructeurs.

Grâce à un fonds documentaire inédit composé de retranscriptions, de conférences, de photographies et de publications de l’École, l’exposition plonge le visiteur au cœur de l’histoire méconnue mais néanmoins passionnante d’Uriage.


AUTOUR DE L'EXPOSITION

Conjointement à cette exposition, parution de l'ouvrage "Uriage : de l’École des cadres à l’héritage culturel" coordonné par Olivier Cogne, Jacques Loiseau et Olivier Vallade, une coédition du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère et de la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes.

De la mise en place du régime de l’État français à Vichy à la Libération, le château d’Uriage est le siège de trois écoles à vocation nationale. La première, la plus connue d’entre elles, est destinée dès 1940 à former les futures élites du pays dans l’idéologie de la Révolution nationale du Maréchal Pétain. Comment cette  école est-elle devenue un lieu de pensée autonome et un foyer de résistance jusqu’à sa fermeture décrétée à la fin 1942 ? Dès lors, une partie des "Uriagistes" entre en dissidence. Ils constituent pour certains les "équipes volantes" qui contribuent à conscientiser l’action des maquisards tandis qu’une nouvelle école, celle de la Milice, prend place à Uriage. La Libération acquise en Isère à l’été 1944, un nouvel établissement s’établit dans le château pour les cadres FFI (Forces françaises de l’Intérieur) au moment de la dissolution dans l’armée régulière. Ce livre est aussi l’occasion de questionner l’héritage légué par "l’esprit d’Uriage" qui perdure dans la France d’après-guerre, notamment avec le mouvement Peuple et Culture, le journal Le Monde et la revue Esprit fondés par d’anciens instructeurs. Autant de jalons d’une histoire singulière et plurielle qui soulève encore aujourd’hui interrogations et controverses.

Séminairelundi - vendredi, 20 - 24 Novembre 2017

Séminaire du Master National Neuropsychologie et Neurosciences cliniques

8h00-18h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par l'UFR SHS - Responsable Pascal Hot

Plus d'informations sur ce Master et sur cette semaine à Grenoble (dont le planning) sur le site Neuropsychologie Neurosciences cliniques Recherche Grenoble.

 

Conférencemardi 21 Novembre 2017

La France et sa police : je t’aime moi non plus

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet.

Une conférence de Fabien JOBARD, animée par Laurent Bègue, dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

Les Français entretiennent avec leur police une relation passionnée. Curieusement présentée comme une institution régalienne, la police fait l’objet de scores élevés d’approbation dans l’opinion publique, mais elle ne cesse dans le même temps de constituer un problème politique, soit que les policiers manifestent leur hostilité au gouvernement ou à l’autorité judiciaire, soit que les citoyens s’élèvent contre les abus policiers. Lors de cette conférence, Fabien Jobard essaiera de démêler l’écheveau de la relation entre police, politique et société en France, et ce par le recours aussi fréquent que possible aux enquêtes qu’il a menées sur cette institution mais aussi aux comparaisons internationales.

Fabien Jobard est chercheur au CNRS, docteur en science politique, en poste au Centre Marc Bloch, un centre franco-allemand de recherches en sciences sociales sis à Berlin. Il travaille actuellement avec des collègues allemands et son collègue grenoblois, Laurent Bègue, à une grande enquête sur la peine et la justice en France et en Allemagne.
Il a récemment publié, avec Jacques de Maillard, Sociologie de la police, aux éditions Armand Colin.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Autrelundi - dimanche, 13 - 19 Novembre 2017

Corps en passage - XXIe Rencontres autour du film ethnographique

Voir le programme détaillé  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes | Autres lieux dans l'agglomération

Organisé par l'Association OASIS en partenariat avec : MSH-Alpes, FDSIE, CROUS, Etonnez-vous, Ville de Grenoble, Département de l’Isère, Mon Ciné, Cinéma Le Méliès, le Ciné-Club de Grenoble, la Cinémathèque de Grenoble, le Département Arts du Spectacle et l'EST (Univ. Alpes Grenoble), le 102, la Bibliothèque Kateb Yacine, Le Prunier Sauvage, CINEX, La Tête Bleue, la Société Française d'Anthropologie Visuelle, Dolce Cinéma, Vues d'en Face, CHU de Grenoble.

Cette 21ème édition des Rencontres autour du film ethnographique nous invite à rencontrer les multiples mouvements et transformations dont les corps peuvent être les sites dans leurs captations cinématographiques. Il sera question, évidemment, de films chorégraphiques : autour de rituels et de danses. Parfois, le corps mis en mouvement par la chorégraphie est entraîné dans des altérations de conscience entre le délire psychique, le théâtre et la thérapie : c’est le cas de la transe, un des focus du prochain festival. De ce fait, les projections s’intéresseront aux passages identitaires et perceptifs qui concernent les corps dans des transitions pathologiques, mais aussi dans la recherche d’une identité sexuelle. Sans oublier les mouvements géo-politiques des corps en migration et les hybridations (jamais si actuelles) entre organismes (humains) et prothèses technologiques.

Venez découvrir la riche programmation de la semaine festivalière du 13 au 19 novembre, où le cinéma sera confronté autant à la discussion entre experts et publics qu’au croisement avec d’autres formes artistiques : la photo, la danse, le chant…

A la MSH-Alpes, nous vous donnons rendez-vous :

Lundi 13 novembre à 14h, pour 4 courts métrage de la sélection Premiers regards, en partenariat avec CINEX et en présence de Benjamin Chevallier et Malorie Moure.

  • The Path, Jasmijn Schrofer, Pays-Bas, 2015, 17'
  • Go Back, Benjamin Chevallier, France, 2016, 30'
  • La couleur du caméléon, Malorie Moure, France, 2017 12'
  • Isabella Morra, Isabel Pagliai, France, 2015, 22'

Mardi 14 novembre à 14h. Présentation par Jacopo Rasmi

  • Juste une heure toi et moi, Alina Marazzi, Italie, 2002, 55'

GRATUIT, SANS RESERVATION

Colloque internationalmercredi - vendredi, 8 - 10 Novembre 2017

Les Italiens en Europe : perceptions, représentations, échanges littéraires et culturels (XIVe-XVIe siècles)

Voir le programme détaillé  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

LUHCIE

L’objet du colloque est de réfléchir, dans une perspective interdisciplinaire, aux perceptions que les Italiens ont eues des autres peuples d’Europe et réciproquement à la façon dont ces derniers percevaient les Italiens. Par quels canaux culturels passent ces perceptions ? De quoi sont-elles faites ? Comment les différentes formes d’échanges, parmi lesquelles les migrations des artistes, des écrivains et des voyageurs, ont-elles constitué les représentations des uns et des autres ? Ces représentations ont-elles influé sur l'évolution de l'idée d'Europe ? En quoi ces perceptions sont-elles dépendantes des héritages qui ont construit une idée, avec ses transformations et ses permanences, que l'on s'est faite de l'Europe ?

Rencontresjeudi 9 Novembre 2017

Accès aux droits et risque de non-recours. Le point de vue des délégués du Défenseur des droits

12h-14h  |  Salle polyvalente, 37 bis R Blanche Monier - Grenoble

Organisé par Odenore

Dans le cadre des Rencontres du jeudi de l'Odenore, le thème de cette séance portera sur L'accès aux droits et les risques de non-recours avec le point de vue des délégués du Défenseur des droits.

ENTRÉE LIBRE

Conférencesamedi 4 Novembre 2017

Troubles émotionnels et insertion sociale

16h00-17h30  |  Bibliothèque Kateb Yacine - Centre commercial Grand'Place

Organisée par la MSH-Alpes, le Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie et les Bibliothèques Municipales de Grenoble

Une conférence de Arnaud Carre, Maître de Conférences en Psychopathologieà l'Université Savoie Mont-Blanc dans le cadre du cycle 1 Heure de psy par mois.

Les émotions sont centrales à la survie, à l’adaptation et à l’organisation des espèces. Leur perturbation est liée à des difficultés de fonctionnement et d’insertion sociale, allant du handicap discret aux troubles visibles. Identifier et comprendre les troubles émotionnels permet aux cliniciens et aux chercheurs de les accompagner voire d'y remédier.

Entrée libre et gratuite

Lieu : Bibliothèque Kateb Yacine - Centre commercial Grand'Place

 

Colloque internationaljeudi - vendredi, 26 - 27 Octobre 2017

Construction et déconstruction d'une mémoire de la Révolution de 1917 en Russie contemporaine

Voir le programme détaillé  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par ILCEA4

Il s’agit dans ce colloque de questionner la (les) mémoire(s) du moment révolutionnaire de 1917 que conserve et (re)construit la société russe contemporaine. À travers cette construction mémorielle, la Russie cherche sa place dans l’histoire.
Mais cette construction révèle également les transformations que la Russie a connues depuis la chute de l’URSS. Son analyse se fera à deux échelles : étatique, impliquant les décisions des pouvoirs actuels russes en matière de mémoire de la Révolution ; et socioculturelle, impliquant l’analyse des modes pluriels de rapport à la révolution en fonction des milieux sociaux, des modèles discursifs mobilisés, des formes d'opposition ou de référence ; en fonction aussi des contextes, privés et publics, dans lequel les rappels de la Révolution prennent sens aujourd’hui.

Orientation générale du colloque et attendus scientifiques

Bien que le moment révolutionnaire de 1917 ait eu des répercussions sur de nombreux espaces géopolitiques et culturels, le présent colloque se centrera sur la production de sens que cette Révolution suscite en Russie dans ses frontières actuelles. La Révolution de 1917 a été interprétée de manière différente suivant les époques. Nous chercherons à étudier l’évolution du rapport au temps révolutionnaire en Russie depuis la fin des années 1980 jusqu’aujourd’hui. Le colloque sera également l’occasion de revenir sur les termes mêmes employés pour décrire les événements de 1917 : « révolution », « révolte », « putsch », « émeute », « insurrection », « coup d’État » et bien d’autres encore.

Axes principaux

1 – La Révolution de 1917 dans les discours politiques et historiographiques contemporains
2 – Les représentations militantes de la Révolution et leur inscription dans l’espace urbain
3 – Les représentations artistiques de la Révolution de 1917
4 – Les représentations de la Révolution de 1917 dans la littérature russe contemporaine
5 – Les représentations de la Révolution de 1917 dans la littérature de jeunesse

Ouverture sur la cité

Le colloque s’accompagnera d’une soirée dédiée au thème de la Révolution dans la poésie (Maison de la Poésie Rhône-Alpes), et d’une exposition de tableaux d’artistes sur le thème de la Révolution à l’ancien musée de peinture de Grenoble (association Droujba).

Partenariat scientifique

Le colloque de Grenoble sera organisé en réseau et en complémentarité avec le colloque de l’UMR EUR’ORBEM (« Révolution 1917 : le chantier d’une nouvelle culture ? », Paris IV et Caen, 21-23 ; 25 septembre 2017) qui portera plus spécifiquement sur une vision historique de la révolution de 1917, ainsi que le colloque « Regards croisés sur la mémoire de la Révolution russe en exil » (24-25 octobre 2017) organisé à Lyon 3 dans le cadre du projet « Mémoire » dirigé par le Professeur Fulchiron, qui s’intéressera particulièrement à la vision des émigrés russes.

Colloque internationalmercredi - vendredi, 25 - 27 Octobre 2017

Le Siècle des Lesdiguières : Territoires, arts et rayonnement nobiliaire au XVIIème siècle

Voir le programme détaillé  |  Le 25 octobre : Amphithéâtre de la MSH-Alpes | le 26 Musée de la révolution française, Vizille | le 27 Musée Dauphinois, Grenoble

Organisé conjointement par l’université Grenoble-Alpes, le Musée de la Révolution française-Domaine de Vizille, le Musée de l’Ancien-évêché,le Musée dauphinois et le service du patrimoine culturel de la Direction de la culture et du patrimoine.

Ce colloque international se déroulera sur trois jours les mercredi 25, jeudi 26 et vendredi 27 à Grenoble et Vizille.

En associant par combinaisons matrimoniales son nom à celui des Créqui, le connétable François de Bonne, duc de Lesdiguières (1543-1626) a fondé une puissante dynastie ducale peuplée de gouverneurs, ducs et maréchaux de France. Les Lesdiguières et les Créqui ont marqué de leur empreinte le XVIIème siècle européen, tout en laissant de nombreuses traces encore visibles sur le territoire et dans le patrimoine français. Pour autant, aucune grande manifestation scientifique ne s’est jamais attachée à leurs noms ni à leur histoire commune.

Ce colloque invite à interroger les relations qu’entretenaient les Lesdiguières-Créqui avec leurs différents territoires ainsi qu’avec les arts en croisant, pour la première fois, les connaissances et les approches de chercheurs de toutes disciplines, en particulier l’histoire et l’histoire de l’art, ainsi que des acteurs du monde culturel et patrimonial.

Colloquelundi - mardi, 23 - 24 Octobre 2017

Des plateaux aux sommets. Le cinéma en reliefs

Voir le programme détaillé  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Litt&Arts

Ce colloque, co-organisé par CINESTHEA et l'université Picardie Jules-Vernes, sera consacré à la question du paysage, et plus précisément du relief, au cinéma.

Le colloque, consacré à la question du paysage, et plus précisément du relief, au cinéma, comportera deux volets : le premier se situera à Grenoble, et portera plus spécifiquement sur la représentation de la montagne ; le second aura lieu à Amiens les 4 et 5 décembre, et se concentrera sur les plateaux.

Les journées à Grenoble s'articuleront autour :

  • de communications d'enseignants-chercheurs issus de différentes universités de France et de l'étranger ;
  • d'entretiens avec des cinéastes invités, ayant mis en scène la montagne et questionné sa représentation (les frères Larrieu, Jean-François Stévenin, Jacques Perconte) ;
  • et de projections de films de ces cinéastes, mais aussi des étudiants en études cinématographiques de l'UGA, qui seront invités, dans le cadre de leur formation pratique, à réaliser des films autour de la montagne.

À NOTER
Une programmation initiée par le comité d'organisation, dans le cadre des Before des 19e Rencontres Ciné Montagne, à la Cinémathèque de Grenoble

Projections en présence du cinéaste Jean-François Stévenin
— le 23 octobre, 20h00 : Passe-montagne
— le 24 octobre, 20h00 : Double messieurs

Carte blanche au critique Marcos Uzal (Libération, Trafic)
— le 26 octobre, 16h30 : La Ruée vers l'or (Charles Chaplin, 1925)
— le 26 octobre, 20h00 : Un homme, un vrai (J.-M. et A. Larrieu, 2003)
— le 27 octobre, 20h00 : Grand Budapest Hotel (Wes Anderson, 2014)