Accueil MSH-Alpes


Évènements passés

Autrevendredi - lundi, 17/11/2017 - 21/05/2018

Former l’élite. L’École nationale des cadres de l’État français, Uriage 40-42

EXPOSITION TEMPORAIRE  |  Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, 14 Rue Hébert, Grenoble

Organisé par le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, en partenariat avec la MSH-Alpes, la commune de Saint-Martin-d’Uriage et Peuple et Culture.

Cette exposition retrace l'histoire singulière de l'École nationale des cadres de l'État français installée à Uriage entre 1940 et 1942. Une histoire méconnue mais néanmoins passionnante à découvrir du 17 novembre 2017 au 21 mai 2018.

Le destin singulier de l’École nationale des cadres de l’État français installée à Uriage, soulève aujourd’hui encore interrogations et controverses. Comment une école destinée à forger les élites du régime de Vichy est-elle devenue un lieu de liberté intellectuelle et de réflexions autonomes ? Pourquoi certains de ses membres se sont-ils progressivement détournés du pouvoir en place pour finalement rejoindre la Résistance ?
Pour répondre à ces questions, l’exposition retrace son histoire : sa création, la philosophie développée, humaniste et antitotalitaire, l’organisation de l’enseignement à la pédagogie novatrice, et sa progressive opposition au maréchal Pétain jusqu’à l’entrée des « Uriagistes » dans la clandestinité. Elle se conclut sur « l’esprit d’Uriage » qui perdure dans la France de l’après-guerre avec Peuple et Culture, le journal Le Monde et la revue Esprit fondés par d’anciens instructeurs.

Grâce à un fonds documentaire inédit composé de retranscriptions, de conférences, de photographies et de publications de l’École, l’exposition plonge le visiteur au cœur de l’histoire méconnue mais néanmoins passionnante d’Uriage.


AUTOUR DE L'EXPOSITION

Conjointement à cette exposition, parution de l'ouvrage "Uriage : de l’École des cadres à l’héritage culturel" coordonné par Olivier Cogne, Jacques Loiseau et Olivier Vallade, une coédition du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère et de la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes.

De la mise en place du régime de l’État français à Vichy à la Libération, le château d’Uriage est le siège de trois écoles à vocation nationale. La première, la plus connue d’entre elles, est destinée dès 1940 à former les futures élites du pays dans l’idéologie de la Révolution nationale du Maréchal Pétain. Comment cette  école est-elle devenue un lieu de pensée autonome et un foyer de résistance jusqu’à sa fermeture décrétée à la fin 1942 ? Dès lors, une partie des "Uriagistes" entre en dissidence. Ils constituent pour certains les "équipes volantes" qui contribuent à conscientiser l’action des maquisards tandis qu’une nouvelle école, celle de la Milice, prend place à Uriage. La Libération acquise en Isère à l’été 1944, un nouvel établissement s’établit dans le château pour les cadres FFI (Forces françaises de l’Intérieur) au moment de la dissolution dans l’armée régulière. Ce livre est aussi l’occasion de questionner l’héritage légué par "l’esprit d’Uriage" qui perdure dans la France d’après-guerre, notamment avec le mouvement Peuple et Culture, le journal Le Monde et la revue Esprit fondés par d’anciens instructeurs. Autant de jalons d’une histoire singulière et plurielle qui soulève encore aujourd’hui interrogations et controverses.

Séminairemercredi - jeudi, 11 - 12 Avril 2018

Séminaire ANR Histinéraires

Salle du 2e étage et amphi

ANR HISTINERAIRES

La fabrique de l'histoire telle qu'elle se raconte

Journée d’étudesmercredi 11 Avril 2018

La science voyageuse II "Ecrire la science en voyage"

14h00-18h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

LUHCIE

Depuis que l’Université Grenoble Alpes a réuni le 1er janvier 2016 sous une bannière unique les sciences de la nature et les sciences humaines et sociales, elle est devenue un lieu encore plus idéal pour interroger la manière dont se construit le discours scientifique. Quel a été le rôle du voyage et des missions de terrain des savants entre le temps des Lumières et le début du XIXe siècle dans l’élaboration du processus de connaissance? Quel a été le statut des notations prises au jour le jour pendant le déplacement et comment se sont-elles transformées en carnets ou journaux à usage personnel, avant de nourrir mémoires et livres à l’usage de la communauté scientifique ? Ce sont ces stratégies d’inscription devenues si précieuses aujourd’hui qui sont ici interrogées, en écho à un premier séminaire le 14 décembre 2017.

Pour ce faire, cinq spécialistes et auteurs sont réunis autour de l’édition récente par Gilles Montègre des Éphémérides romaines (1775) du naturaliste Latapie (Classiques Garnier, 2017) et de l’essai de Marie-Noëlle Bourguet sur le carnet de voyage en Italie en 1805 d’Alexander von Humboldt (Le monde dans un carnet, éditions du Félin, 2017).

Journée thématiquelundi - mardi, 9 - 10 Avril 2018

Arranger / Déranger

Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Journées Doctorales de l'UMR Litt&Arts

Par l’articulation de ces deux concepts, les doctorant.e.s de Litt&Arts vous invitent à penser la complexité des rapports qui se jouent dans leurs gestes et objets de recherche.

DÉRANGER. Parfois nos recherches dérangent : elles sortent des rangs, elles troublent les rangements. Quelle(s) connaissance(s) se fabrique(nt) à partir de bouleversements de l’habitude et de l’ordre ? Au sein de nos travaux doctoraux, la question du dérangement se pose de multiples manières : par des gestes trans-disciplinaires et in-disciplinaires qui décloisonnent les méthodes et les domaines, par des enjeux d’implication ou de résistances politiques, par la pratique d’une attitude critique qui met en discussion les interprétations données. Mais nous devons aussi être attentifs·ves aux dérangements lorsque nous travaillons sur des corpus et terrains sensibles où des relations délicates se tissent, lorsque nous nous intéressons à la question de la création comme césure, provocation et nouveauté, lorsque nous pensons aux phénomènes de réception marqués par un jeu de perturbation des attentes.

ARRANGER. Sans devenir « arrangeantes », nos recherches nous réclament aussi d’accommoder, disposer, organiser les éléments et les événements qui les jalonnent et les constituent. Nos études impliquent souvent des opérations d’arrangements, de corrections et d’ajustements. D’un côté nous sommes appelé·e·s à devenir des opérateurs·trices d’arrangement (entre siècles, œuvres, auteurs, lieux, mais aussi témoignages, entretiens), de l’autre nous analysons des phénomènes d’arrangements dans nos objets d’études : des artistes qui assemblent, des pratiques culturelles qui rassemblent, des publics qui se constituent et s’opposent aussi parfois.

ARRANGER / DÉRANGER. Certes, l’arrangement peut aussi désigner le mouvement de normalisation et le lissage du compromis. Et, bien sûr, le dérangement peut être une attitude nocive et simpliste. Ces défaillances aussi nous intéressent. Dans nos jeux d’agencements s’exercent toujours des formes de dérangement et d’arrangement : là sont à l’œuvre des diplomaties, des médiations, des attentions. Par l’articulation de ces deux concepts, cet appel invite à penser la complexité des rapports qui se jouent dans nos gestes et objets de recherche.

Rencontreslundi 9 Avril 2018

Design Fiction: dépasser la panne des imaginaires

17h30-19h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

PROMISING en partenariat avec Grenoble IAE et la Structure Fédérative de Recherche Innovacs.

Nicolas Nova, chercheur, commissaire d'exposition et enseignant à la Haute École d'art et de design à Genève, traitera d'avenir et de prospective, de design, de création et innovation, des imaginaires du futur, d'utopie et du bénéfice des échecs pour innover.

Les nouvelles technologiques vont-elles dans le sens du progrès ?
Les promesses qu’elles nous font prennent-elles en considérations toutes les conséquences ?

La récente contribution des designers (speculative design, design fiction) et artistes actuels à ces débats prospectifs vient autant stimuler que questionner.

Stimuler puisqu'elle propose, par des projets de design, de matérialiser des scénarios d'une façon originale et qui vient justement rendre tangible les conséquences de ces promesses.
Questionner, car leur caractère souvent dystopique parait parfois être tout aussi univoque que les promesses qu'elles souhaitent dénoncer.

INTERVENANT
Nicolas Nova est professeur à la Haute-Ecole d'Art et de Design (HEAD – Genève) et co-fondateur du Near Future Laboratory, une agence de prospective et d’innovation. Auteur de « Beyond Design Ethnography » et « Futurs? La panne des imaginaires technologiques », il enseigne l’ethnographie, les cultures numériques et la recherche en design. Il est titulaire d'un doctorat en interaction humain-machine de l'EPFL (Lausanne), a été chercheur invité à Art Center College of Design (Pasadena, California), il est également co-fondateur de Lift, conférence internationale sur l’innovation.

Les Lundis de l'Innovation sont un cycle de conférences spécifiquement dédié à l'innovation.
Il a vocation à interroger les différents aspects de l'innovation dans la société pour les individus et les organisations. Des praticiens réflexifs, chercheurs et professionnels, dirigeants viennent exposer leurs méthodes et discuter de leurs résultats.
Ce cycle de conférences est organisé en partenariat avec Grenoble IAE et la Structure Fédérative de Recherche Innovacs.

Colloque internationaljeudi - vendredi, 5 - 6 Avril 2018

Colloque international GLAD 2018 – Gérer l’anaphore en discours

Amphithéâtre de la MSH-Alpes

LIDILEM

Le colloque réunit des chercheurs en analyse du discours écrit et oral, acquisition L1 et L2, langue des signes, et troubles du langage, venus de huit pays différents.

De nombreux travaux sur l’anaphore ont été consacrés à la définition du concept et à ses limites (deixis, anaphores sans antécédent), ainsi qu’au choix du type d’expression anaphorique en discours (statut cognitif, pragmatique). Plus récemment, des recherches se sont intéressées au traitement des anaphoriques par le récepteur humain (expériences chronométriques ou oculométriques par exemple) ou à sa modélisation computationnelle (traitement automatique des co-références notamment). Mais la question de la gestion de l’anaphore est encore en partie méconnue, notamment du fait de l’absence d’échanges systématiques entre les champs disciplinaires qui abordent le phénomène.

Ce colloque vise à favoriser des échanges interdisciplinaires sur cette question, avec deux objectifs :

  • Construire une meilleure connaissance des processus de compréhension et de production des anaphores, en prenant en compte des contextes de communication et des locuteurs très variés, notamment dans des situations de communication perturbées ou contraintes.
  • Elaborer une réflexion sur la place de l’anaphore dans les théories du traitement de l’information. Cette question implique également une réflexion métalinguistique sur la pertinence de l’anaphore comme outil d’étude, face notamment au concept plus récent de chaîne de référence.

Conférencières invitées :
Marion Fossard, Université de Neuchâtel, Suisse
Marjolijn Verspoor,Université de Groningen, Pays-Bas

Journée d’étudesmercredi 4 Avril 2018

Lancement du Comité franco-italien d'histoire contemporaine

14h00-18h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

LUHCIE

Cette journée d'étude, organisée par le LUHCIE, vise à relancer la dynamique du Comité d'histoire franco-italien, en sommeil depuis le milieu des années 90.

Cette journée, organisée par Leonardo Casalino, Florence Courriol et Alessandro Giacone, s’inscrit dans la continuité d’un travail de longue haleine sur les rapports bilatéraux entre la France et l’Italie ; elle vise à relancer la dynamique du Comité d’histoire franco-italien, initié par Pierre Milza, Jean-Baptiste Duroselle et Enrico Serra, en sommeil depuis le milieu des années 1990.

A travers cette journée, il s’agit de valoriser une série d’ouvrages parus depuis 2014 sur l’histoire des relations France-Italie et d’attirer l’attention d’un public élargi et des médias sur l’utilité, la pertinence et les enjeux stratégiques des recherches sur les rapports France-Italie dans le cadre du processus de construction européenne

Rencontresjeudi 29 Mars 2018

BiblioNOsteak Idéale : Zoopolis. Une théorie politique des droits des animaux

18h00-19h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Un cycle organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec la Bibliothèque universitaire Droit et Lettres.

Animalisme et anticarnisme : approches critiques en sciences humaines.
La manière dont les humains (mal)traitent les autres animaux  est au menu du débat public. Pour aiguiser notre compréhension des enjeux actuels soulevés par l’animalisme et l’anticarnisme, la MSH-Alpes dans le cadre de son nouveau cycle BiblioNOsteak idéale, vous propose, entre mars et juillet 2018, cinq rendez-vous interdisciplinaires avec des livres mordants, à découvrir et débattre.

A la carte de cette 1ere rencontre : Zoopolis. Une théorie politique des droits des animaux de Will Kymlicka et Sue Donaldson (Alma éditeur, 2016). Un ouvrage présenté et discuté par Jonathan PERRIN, professeur certifié de philosophie, doctorant en philosophie (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Et pour aller plus loin, n'oubliez pas de vous rendre à la Bibliothèque universitaire Droit et Lettres pour y retrouver  (et emprunter) les ouvrages discutés et des tables thématiques sur le sujet.

Autremercredi 28 Mars 2018

Ojo Loco - ANTONIO UM, DOIS, TRÊS

12h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Séance organisée par l'association Fa Sol Latino dans le cadre du cycle Campus du festival Ojo Loco.

ANTONIO UM, DOIS, TRÊS
FICTION
PREMIER FILM POUR PREMIERS AMOURS
RÉALISÉ PAR LEONARDO MOURAMATEUS
PORTUGAL, BRÉSIL - 2017 - 95’

Lisbonne, Portugal. António est un jeune homme accusé par son père à cause d'une lettre anonyme, accusant son fils d’avoir quitté l'université il y a environ un an. Face à la situation, António s'enfuit de chez lui et trouve refuge dans la maison de Mariana, une ex-petite amie. Là, il rencontre Débora, une Brésilienne qui a loué une chambre pour une seule journée, avec laquelle il finit par s'impliquer.

Né en 1991 à Fortaleza au Brésil, Leonardo Mouramateus écrit et réalise plusieurs courts-métrages récompensés dans plusieurs festivals : Locarno, Cinéma du Réel (Paris), Lisbonne, entre autres. Une rétrospective sur le cinéma brésilien a même inclus plusieurs de ses courts à La Cinémathèque française en 2015. António um dois três est son premier long-métrage.

FILMOGRAPHIE SÉLECTIVE

| 2017 - Vando Vulga Veditat (court-métrage)
| 2015 - Historia de uma pena (court-métrage)
| 2014 - O Completo Estranho (court-métrage)
| 2012 - Charizard (court-métrage)


CYCLE CAMPUS

Prêt.e.s pour embarquer dans la découverte de l’avenir du cinéma latino-américain ?

Ce cycle, qui aura lieu les midis sur le campus - nouveauté de l’édition 2017. Composé uniquement de films sans distributeurs et inédits cette section est entièrement constitué de projections gratuites des premières œuvres de jeunes talents qui nous ont le plus marqué. Ces films témoignent de la vivacité et la diversité des nouvelles générations de cinéastes latino-américains.

Ces six ópera prima nous transportent dans six esthétiques et pays totalement différents. Les documentaires nous mèneront des terrains de handi-sport du Pérou jusqu’à la crise politique de la Catalogne actuelle, en passant par un taxi de la Havane. De leur côté, les fictions nous feront vivre des sensations très fortes, empreintes parfois de violence, d’amour ou d’une grande bonté. Une sélection fraîche et vivante !

Conférencemardi 27 Mars 2018

Terrorisme et radicalisation : nouvelles perspectives

14h00-17h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'UMR PACTE et Sciences Po Grenoble.

Conférence exceptionnelle de MARC SAGEMAN
En présence de Monsieur Charles Barbier, sous-préfet, directeur de cabinet du Préfet de l'Isère
Suivie d'une discussion avec Sebastian Roché, sociologue (CNRS) et Viviane Seigneur, anthropologue

Marc Sageman est un chercheur indépendant spécialiste des questions de terrorisme, diplômé de Harvard et docteur en sociologie. Ancien officier traitant pour la CIA et médecin dans l’U.S. Navy, il pratique la psychiatrie clinique et médico-legale et enseigne à l’Université de Pennsylvanie.
Après le 11/09/2001, il exerce comme consultant et conseiller auprès de plusieurs organisations et agences de sécurité dans le monde (services secrets américains, New York Police Department, Chef d'état-major adjoint des Armées, Force internationale d'assistance et de sécurité à Kaboul, etc.). Il a témoigné devant la Commission d'enquête sur le 11 Septembre aux États-Unis et la Commission Beslan en Russie et dispense son expérience à travers de nombreuses conférences à l’international.
Marc Sageman est l’auteur de Understanding Terror Networks (University of Pennsylvania Press, 2004), Leaderless Jihad (University of Pennsylvania Press, 2008), Misunderstanding Terrorism (University of Pennsylvania Press, 2016) et de plusieurs études sur le processus de radicalisation. Son ouvrage Turning to Political Violence (University of Pennsylvania Press, 2017) décrit un nouveau modèle de ce processus et le teste sur différents épisodes de violence politique s’étendant sur deux siècles et quatre continents.

Programme

14H00 | Ouverture par M. Charles Barbier, sous-préfet, directeur de cabinet du Préfet de l'Isère
14H15 | Introduction - présentation de Marc Sageman par Sebastian Roché
14H30 | Conférence en français de Marc Sageman
15H30 | Pause
16H00 | Réactions et commentaires de Viviane Seigneur et Sébastian Roché
16H30 | Echanges avec la salle
17H00 | Fin de la rencontre

Discutants

Viviane Seigneur est docteure en sociologie et en anthropologie, chercheure et consultante pour les ministères des Armées et de l’Intérieur, officier spécialiste de réserve opérationnelle. Elle a dirigé en 2015-2016 un programme aujourd’hui déclassifié sur le thème de la violence et du djihadisme réunissant une dizaine de chercheurs de l’ENS, de l’EHESS, de Sciences Po Paris et des Mines. Elle siège au Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques (CSFRS).

Sebastian Roché est directeur de recherche au CNRS, Pacte, Sciences-Po, Université Grenoble Alpes. Ses enquêtes internationales consacrées aux représentations de la loi et des autorités chez les adolescents ont démontré le rôle de la socialisation et des processus identitaires. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont De la police en démocratie (Grasset, 2016) et, avec D. Oberwittler, Police citizen relations across the World  (Routlege, 2017).