Accueil MSH-Alpes


Syndiquer le contenu

Évènements

Focus

Conférencemardi 13 Novembre 2018

Pourquoi l’humanité est-elle carnivore ?

Pourquoi l’humanité est-elle carnivore ?

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Une conférence de Florence Burgat, animée par Laurent Bègue, dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

Pourquoi l’humanité est-elle encore — et plus que jamais — carnivore ? Pourquoi s’est-elle instituée comme telle ?
De prime abord, la question surprend, car nous n’avons pas le sentiment de manger des animaux, mais de la viande, des « protéines animales » indispensables à tout repas « équilibré ». La consommation de viande est indéniablement perçue comme une chose heureusement devenue ordinaire. Pourtant, parce que l’adoption de ce régime par l’humanité implique de tuer à grande échelle et sans relâche des milliards d’animaux, la question portant sur son motif profond s’impose. Car ce que la viande comme aliment ordinaire institue peut-être avant tout, c’est un rapport fondamentalement meurtrier aux animaux.
 
Florence Burgat est philosophe, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), détachée aux Archives Husserl (UMR 8547 ENS-CNRS). Elle est co-rédactrice en chef de la Revue semestrielle de droit animalier.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Conférencejeudi 29 Novembre 2018

Laïcité dans tous les sens : Penser la laïcité

Laïcité dans tous les sens : Penser la laïcité

18h00-19h00  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

La laïcité est toujours un objet de débat : elle passionne, parfois déchire ; elle est souvent mal comprise et mal connue. Pour aiguiser notre compréhension de ce principe essentiel à notre démocratie, et explorer les différents champs qu’il concerne (politiques, sociaux, philosophiques, religieux), la MSH-Alpes, dans le cadre de son nouveau cycle "Laïcité dans tous les sens", vous propose 5 rendez-vous interdisciplinaires avec des livres qui éclairent la richesse de cette grande idée.

Deuxième rendez-vous du cycle autour de "Penser la laïcité" de Catherine Kintzler (Minerve, 2014), un ouvrage présenté et discuté par Jean-Pierre Carlet, agrégé de philosophie, IUFM-ESPE.

Entrée libre - Ouvert à tous
 

Évènements du Mois

Conférencemardi 23 Octobre 2018

Faire et dire le théâtre

16h30-18h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

SFR Création

Conférence de Jelle Koopmans

Jelle Koopmans travaille depuis 1989 à l’Université d’Amsterdam, au département de français et à l’Institut de Culture et d’Histoire. Sa thèse de doctorat (Université de Leyde, 1987) portait sur les sermons joyeux français des XVe et XVIe siècles. Depuis, il a publié un certain nombre d’éditions importantes de textes dramatiques et narratifs ainsi que des monographies (mentionnons : Le théâtre des exclus au Moyen Âge, Paris, Imago, 1997). Il est membre de l’Académie Royale des Arts et des Sciences (KNAW) et président du Conseil pour les Sciences de l’Homme (RGW) aux Pays-Bas. En 2012, la ville de Tours lui a remis la médaille de la ville pour ses travaux sur la Renaissance française.

Colloque internationalmercredi - vendredi, 24 - 26 Octobre 2018

Intentionnalité et connaissance pratique

Voir le programme détaillé  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par Rémi Clot-Goudard. Avec le soutien du laboratoire PPL (UGA), du CaPhi (Nantes) et de l'Université Grenoble Alpes

On doit à Elizabeth Anscombe (1919-2001), par sa monographie Intention (1958), d’avoir ouvert le champ contemporain de la philosophie de l’action en renouant avec le projet aristotélicien d’une enquête descriptive sur les concepts fondamentaux par lesquels se disent et s’expliquent les actions humaines. Si le rôle précurseur d’Anscombe a très vite été reconnu, on n’a pas toujours évalué à leur juste mesure l’originalité et la profondeur de ses réflexions.
Aujourd’hui, les études anscombiennes sont en plein renouveau, comme le montrent les nombreuses publications internationales sur le sujet.
Dans le sillage des travaux conduits en France par le groupe Anscombe, le colloque sera l’occasion d’éclaircir plusieurs concepts fondamentaux de sa philosophie de l’action afin de mettre en évidence la fécondité de ses analyses de l’intentionnalité pratique.
Le colloque reviendra notamment sur l’analyse du concept de volonté, sur ainsi que sur les rapports de l’action, de la vérité et de l’erreur. Il s’agira également de s’interroger sur le sens et l’intérêt d’un concept cardinal de sa réflexion, celui de connaissance pratique, qui désigne la connaissance qu’un agent possède de sa propre action en tant qu’il en est l’agent. Quel genre de connaissance est la connaissance pratique ? Quel rapport cette connaissance entretient-elle avec le caractère intentionnel d’un acte ? Et quelle portée ont ces analyses pour la réflexion éthique ?

PROGRAMME

MERCREDI 24 OCTOBRE

14h30 | Anaïs Jomat (Université St. Louis, Bruxelles, Belgique) - Sous une description : intentionnalité et généralité

15h40 | Anton Ford (University of Chicago, U.S.A.) - Action Explanationism

16h50-17h10 | Pause

17h10 | Elise Marrou (Université  Paris Sorbonne) - Actions minimales

JEUDI 25 OCTOBRE

9h00 | Vincent Descombes (EHESS, Paris) - Les actes de volonté

10h10 | Jean Philippe Narboux (Université de Bordeaux) - Le concept de volontaire chez Anscombe

11h20-11h40 | Pause

11h40 | Bruno Gnassounou (Université de Nantes) - Les fins de l'agent et les fins de l'action

12h50-14h30 | Pause déjeuner

14h30 | Valérie Aucouturier (Université St. Louis, Bruxelles, Belgique) - Conscience de soi, connaissance de soi et connaissance pratique

15h40 | Pierre Goldstein (Université de Nice) - Connaissance pratique et connaissance morale

16h50-17h10 | Pause

17h10 | Vincent Boyer (Université de Nantes)
All human action is moral action

VENDREDI 26 OCTOBRE

9h30 | Constantine Sandis (University of Hertfordshire, U.K.) - Agents as truth-makers

10h40 | Cyrille Michon (Université de Nantes) - L'erreur pratique

Conclusions

Séminairelundi 5 Novembre 2018

Les sciences sociales face au problème des faibles doses de radioactivité

13h30-16h30  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

MSH-Alpes

Séance 3 du séminaire Sciences, société et communication avec Marie-Aurore GHIS MALFILATRE (CEMS/EHESS Paris, PACTE).

Ce séminaire interdisciplinaire est ouvert aux masters 2, doctorant-e-s, chercheur-eues-s et professionnel-le-s intéressé-es par ces questions. Si vous souhaitez participer, merci de vous inscrire préalablement auprès de mikael.chambru@univ-grenoble-alpes.fr

Pour les doctorant-e-s de l'Université Grenoble Alpes, un module de formation transversale "Culture scientifique, SHS et enjeux sciences-société"  - comprenant la participation à 4 séances de ce séminaire + 1  séance bilan et discussion critique - est aussi proposé par le collège doctoral (date limite d'inscription le 4 octobre).

L’actualité du séminaire (enregistrement audio, compte-rendu, etc.) est à retrouver sur son carnet de recherche https://ssc.hypotheses.org et sur twitter #SSCgre.

----

Le séminaire d’études Sciences, société et communication de la MSH-Alpes est organisé et animé par Mikaël Chambru, Maître de conférences à l’UGA et membre du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC). Il réunit des chercheuses et des chercheurs en Sciences humaines et sociales (SHS) s’intéressant aux aspects sociaux et discursifs de la pratique de la communication scientifique, à l’étude des sciences et des techniques ainsi qu’aux relations sciences-sociétés.

Journée d’étudesjeudi - vendredi, 8 - 9 Novembre 2018

La légitimation du politique : discours, acteurs, pratiques

Voir le programme détaillé  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

ILCEA4

Une journée d'étude co-organisée par Sara Alvarez, Olga Bronnikova, Laurent Gallardo, Valéry Kossov et Nicolas Sesma (ILCEA4) dans le cadre de l'axe de recherche "Politique, discours, innovation".

Cette journée d’étude pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif d’aborder différentes formes et pratiques de la légitimation tant dans la dimension discursive qu’actionnelle. Car tout discours s’inscrit dans le cadre actionnel qui lui est propre, et c’est dans ce cadre que prend forme le projet d’influence du sujet communicant nécessitant la légitimation. Discours et action sont ainsi considérés comme deux éléments de l’échange social à la fois autonomes et interdépendants. L’action politique, économique ou sociale suivant ou précédant la mise en discours des éléments de sa légitimation poursuit des enjeux souvent similaires dans les pays différents qui sont repris dans des stratégies de communication politique. Cette proximité des enjeux visant à (dé)légitimer une action post-factum ou rendre (il)légitime les préparatifs d’un événement ou projet politiques s’appuie-t-elle sur les mêmes procédés discursifs, communicatifs, règlementaires dans aires géographiques et culturels divers ? Peut-on parvenir à imposer la perception identique de l’événement au groupe d’individus sachant que chacun peut avoir sa propre lecture ou vision des faits qui ne sauraient exister objectivement ?

Séminairelundi 12 Novembre 2018

Néolibéralisation de le conservation de la nature : regards critiques sur un réseau d’aires protégées en Scandinavie

13h30-16h30  |  Salle des conseils (Maison des Langues)

MSH-Alpes

Séance 4 du séminaire Sciences, société et communication avec Ian FLORIN (ISE, Université de Genève).

Ce séminaire interdisciplinaire est ouvert aux masters 2, doctorant-e-s, chercheur-eues-s et professionnel-le-s intéressé-es par ces questions. Si vous souhaitez participer, merci de vous inscrire préalablement auprès de mikael.chambru@univ-grenoble-alpes.fr

Pour les doctorant-e-s de l'Université Grenoble Alpes, un module de formation transversale "Culture scientifique, SHS et enjeux sciences-société"  - comprenant la participation à 4 séances de ce séminaire + 1  séance bilan et discussion critique - est aussi proposé par le collège doctoral (date limite d'inscription le 4 octobre).

L’actualité du séminaire (enregistrement audio, compte-rendu, etc.) est à retrouver sur son carnet de recherche https://ssc.hypotheses.org et sur twitter #SSCgre.

----

Le séminaire d’études Sciences, société et communication de la MSH-Alpes est organisé et animé par Mikaël Chambru, Maître de conférences à l’UGA et membre du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC). Il réunit des chercheuses et des chercheurs en Sciences humaines et sociales (SHS) s’intéressant aux aspects sociaux et discursifs de la pratique de la communication scientifique, à l’étude des sciences et des techniques ainsi qu’aux relations sciences-sociétés.

Conférencemardi 13 Novembre 2018

Pourquoi l’humanité est-elle carnivore ?

12h15-13h15  |  Amphithéâtre de la MSH-Alpes

Organisé par la MSH-Alpes en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes, Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble, Librairie la Dérive, Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, Sciences Humaines, Villa Gillet.

Une conférence de Florence Burgat, animée par Laurent Bègue, dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

Pourquoi l’humanité est-elle encore — et plus que jamais — carnivore ? Pourquoi s’est-elle instituée comme telle ?
De prime abord, la question surprend, car nous n’avons pas le sentiment de manger des animaux, mais de la viande, des « protéines animales » indispensables à tout repas « équilibré ». La consommation de viande est indéniablement perçue comme une chose heureusement devenue ordinaire. Pourtant, parce que l’adoption de ce régime par l’humanité implique de tuer à grande échelle et sans relâche des milliards d’animaux, la question portant sur son motif profond s’impose. Car ce que la viande comme aliment ordinaire institue peut-être avant tout, c’est un rapport fondamentalement meurtrier aux animaux.
 
Florence Burgat est philosophe, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), détachée aux Archives Husserl (UMR 8547 ENS-CNRS). Elle est co-rédactrice en chef de la Revue semestrielle de droit animalier.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Séminairelundi 19 Novembre 2018

Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les datacenters à Plaine Commune

13h30-16h30  |  Salle des conseils (Maison des Langues)

MSH-Alpes

Séance 5 du séminaire Sciences, société et communication avec Clément MARQUET (SES, Telecom ParisTech).

Ce séminaire interdisciplinaire est ouvert aux masters 2, doctorant-e-s, chercheur-eues-s et professionnel-le-s intéressé-es par ces questions. Si vous souhaitez participer, merci de vous inscrire préalablement auprès de mikael.chambru@univ-grenoble-alpes.fr

Pour les doctorant-e-s de l'Université Grenoble Alpes, un module de formation transversale "Culture scientifique, SHS et enjeux sciences-société"  - comprenant la participation à 4 séances de ce séminaire + 1  séance bilan et discussion critique - est aussi proposé par le collège doctoral (date limite d'inscription le 4 octobre).

L’actualité du séminaire (enregistrement audio, compte-rendu, etc.) est à retrouver sur son carnet de recherche https://ssc.hypotheses.org et sur twitter #SSCgre.

----

Le séminaire d’études Sciences, société et communication de la MSH-Alpes est organisé et animé par Mikaël Chambru, Maître de conférences à l’UGA et membre du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC). Il réunit des chercheuses et des chercheurs en Sciences humaines et sociales (SHS) s’intéressant aux aspects sociaux et discursifs de la pratique de la communication scientifique, à l’étude des sciences et des techniques ainsi qu’aux relations sciences-sociétés.

Séminairemercredi 21 Novembre 2018

Conditions et manifestations de la pensée réflexive dans les communautés de recherche philosophique (CRP)

Amphithéâtre de la MSH-Alpes

LIDILEM

Séminaire mensuel du Laboratoire LiDiLEM – Axe 2